10 septembre 2013/Nouvelles

BUSTED : CT GOP a oublié de faire ses devoirs ce soir

Le GOP du Connecticut ne doit pas lire le journal… aucun d’entre eux. La déclaration de ce soir de la directrice exécutive, Elissa Voccola, se trompe sur l'économie, c'est pourquoi le Parti démocrate du Connecticut a voulu partager quelques lectures :

Titre de l’éditorial du Litchfield County Times : « L’économie du Connecticut montre des signes de reprise. » En août 2013, le Litchfield County Times écrivait dans un éditorial : « Le Connecticut terminera l’exercice 2013 avec un excédent budgétaire de 312.1 millions de dollars, a annoncé récemment le contrôleur de l’État, Kevin Lembo. Il s’agit d’un revirement significatif par rapport à l’année dernière, grâce à d’importantes recettes exceptionnelles en matière d’impôts sur les successions et à une réduction des dépenses de l’État, qui ont ramené leur taux de croissance annuel moyen de 7.3 % à 1.3 %. Mais ce qui est plus significatif, ce sont quelques petits signes indiquant que l'économie de l'État se redresse. Les ventes de maisons commencent à reprendre et les prix de vente moyens augmentent progressivement. [Éditorial du Litchfield County Times, 8/8/13]

Titre éditorial du New Haven Register : « L’économie du Connecticut montre des signes de reprise. » En août 2013, le New Haven Register écrivait dans un éditorial : « Le Connecticut terminera l’exercice 2013 avec un excédent budgétaire de 312.1 millions de dollars, a annoncé récemment le contrôleur de l’État Kevin Lembo. Il s’agit d’un revirement significatif par rapport à l’année dernière, grâce à d’importantes recettes exceptionnelles en matière d’impôts sur les successions et à une réduction des dépenses de l’État, qui ont ramené leur taux de croissance annuel moyen de 7.3 % à 1.3 %. Mais ce qui est plus significatif, ce sont quelques petits signes indiquant que l'économie de l'État se redresse. Les ventes de maisons commencent à reprendre et les prix de vente moyens augmentent progressivement. [Éditorial du New Haven Register, 8/2/13]

Titre de l’éditorial de Hartford Courant : « L’État sort de son trou ». En août 2013, le Hartford Courant écrivait dans un éditorial : « Mais les contribuables du Connecticut ont reçu de bonnes nouvelles bien nécessaires avec l'annonce cette semaine du contrôleur Kevin Lembo selon laquelle l'État a terminé l'année fiscale avec un excédent de 312 millions de dollars. L'excédent pourrait encore augmenter, jusqu'à près de 360 ​​millions de dollars. Comme l’a souligné M. Lembo, une partie de cette manne est le résultat de miracles ponctuels, tels que des recettes plus élevées que prévu provenant de l’impôt sur les successions. On ne peut pas compter sur ces heureux accidents pour continuer. Mais le gouverneur Dannel Malloy, un démocrate, mérite également d'être salué pour ses efforts visant à maintenir le cap sur le budget. La croissance du budget de l'année fiscale écoulée n'a été que de 1.3 pour cent par rapport à l'année précédente, un véritable accomplissement. Cela se compare à une augmentation budgétaire moyenne de 7.3 pour cent dans les années qui ont précédé la récession sous les gouverneurs républicains de concert avec les législatures démocrates. [Éditorial Hartford Courant, 8/1/13]

L'éditorial du Manchester Journal Inquirer s'est demandé si « 20 ans de régime républicain » – et non Malloy – étaient à l'origine des défis économiques du Connecticut. En septembre 2013, le Manchester Journal Inquirer écrivait dans un éditorial : « Une récente enquête menée par le Connecticut Policy Institute, fondé par le candidat républicain au poste de gouverneur il y a trois ans, Tom Foley, affirmait que l'économie du Connecticut se comparait mal à celle des autres États à pratiquement tous les égards. . […] Cela implique que la mauvaise réputation du Connecticut est la faute de l'administration démocrate actuelle de l'État et qu'un gouverneur républicain rendrait le Connecticut plus compétitif. Mais cette implication pose un problème. Le Connecticut a eu des gouverneurs républicains, John G. Rowland et M. Jodi Rell, de 1995 à 2011 – 16 ans – et l’ancien sénateur américain Lowell P. Weicker Jr., candidat indépendant, a été gouverneur pendant les quatre années précédentes. Autrement dit, le Connecticut est resté 20 ans sans gouverneur démocrate jusqu'à ce que Dannel P. Malloy soit élu en 2010, battant Foley. Une étude plus intéressante pourrait donc tenter d'évaluer l'évolution de la situation du Connecticut au cours de cette période de 20 ans. Oui, l’Assemblée générale était alors largement contrôlée par les démocrates, mais la législature n’a jamais foulé aux pieds les gouverneurs. Weicker, Rowland et Rell. Foley, si on le lui demande, pourrait tenter de rejeter la faute sur la législature démocrate. Mais il aura du mal à expliquer 20 ans de régime républicain.» [Éditorial du Manchester Journal Inquirer, 9/5/13]

Éditorial de Hartford Courant : Malloy a maintenu la croissance des dépenses de l'État à un pourcentage « avare », un « véritable accomplissement », surtout par rapport aux chiffres du gouverneur Rowland. En août 2013, le Hartford Courant écrivait dans un éditorial : « Mais le gouverneur Dannel Malloy, un démocrate, mérite également d'être salué pour ses efforts visant à maintenir le cap sur le budget. La croissance du budget de l'année fiscale écoulée n'a été que de 1.3 pour cent par rapport à l'année précédente, un véritable accomplissement. Cela se compare à une augmentation budgétaire moyenne de 7.3 pour cent dans les années qui ont précédé la récession sous les gouverneurs républicains de mèche avec les législatures démocrates. L'un de ces gouverneurs, John G. Rowland, s'était vanté en 2002 : « Je suis le pare-feu » et « Si vous aviez un gouverneur démocrate libéral et une législature démocrate, il n'y aurait aucune discipline, aucune retenue d'aucune sorte » dans le pays. dépenses de l'État. Mais les dépenses ont augmenté de 4.8 pour cent pendant le mandat de M. Rowland. Une partie de l'argent excédentaire sera versée au fonds pour les mauvais jours, presque épuisé, qui totalisera 212 millions de dollars avec la nouvelle contribution. Le contrôleur Lembo affirme que le fonds devrait en réalité être plus proche de 2 milliards de dollars. L’État a encore un long chemin à parcourir. Des progrès comme celui-ci sont néanmoins les bienvenus.» [Éditorial Hartford Courant, 8/1/13]

Éditorial de Hartford Courant : « Une grande partie de » l’amélioration des fonds de pension des employés de l’État du Connecticut « peut être attribuée à la politique du gouverneur Dannel P. Malloy consistant à augmenter les cotisations annuelles aux fonds afin de réduire les passifs non capitalisés. » Extrait d'un éditorial de Hartford Courant de juillet 2013 : « Les contribuables du Connecticut et les bénéficiaires des fonds de pension publics ont reçu de bonnes nouvelles la semaine dernière. Wall Street a été gentille avec les fonds de pension des fonctionnaires assiégés, gérés par l’État. Les fonds ont gagné une moyenne robuste de près de 11.5 pour cent sur leurs investissements au cours de cet exercice, selon la trésorière de l'État Denise L. Nappier. Une grande partie du gain de valeur marchande peut être attribuée à la politique du gouverneur Dannel P. Malloy consistant à augmenter les contributions annuelles aux fonds afin de réduire les passifs non capitalisés. Le programme de retraite des employés a été sous-financé de manière irresponsable par les anciens gouverneurs et assemblées législatives, démocrates et républicains. Le redressement opéré par M. Malloy ne pouvait pas arriver à un moment plus avantageux. [Éditorial Hartford Courant, 7/26/13]

# # #