25 février 2014/Communiqués de presse

La présidente DiNardo remercie le gouverneur Malloy d'avoir défendu les femmes et le salaire minimum

Hartford, CT – Aujourd'hui, la présidente du Parti démocrate du Connecticut, Nancy DiNardo, a publié la déclaration suivante remerciant le gouverneur Malloy d'avoir défendu les femmes et augmenté le salaire minimum :

« Le gouverneur Malloy et les démocrates ont une fois de plus démontré qu'ils étaient du côté des femmes du Connecticut en défendant sans vergogne des augmentations du salaire minimum et en s'opposant au programme anti-femmes du Parti républicain », a déclaré la présidente démocrate du Connecticut, Nancy DiNardo. « Comme l'a souligné le gouverneur Malloy, 60 % des personnes qui gagnent le salaire minimum sont des femmes. Une fois de plus, le Parti républicain est donc du mauvais côté sur une question très importante pour les femmes. Merci, Gouverneur Malloy, d'avoir lancé ce discours et de lutter pour la capacité des femmes à s'autonomiser dans l'économie d'aujourd'hui.

Contexte:

Dans l'émission « Morning Joe » de MSNBC, le gouverneur Dannel Malloy a déclaré : « Il existe une réalité selon laquelle 60 % des personnes qui perçoivent le salaire minimum sont des femmes. Sortons les femmes de la pauvreté. Le gouverneur Dannel Malloy : « Tout d'abord, je suis un jésuite, une personne instruite et je suis allé au Boston College. Je sais ce qu’est une attaque ad hominem – elle est sans fondement. Assumer le fait de parler du salaire minimum avec le drapeau blanc et d’une manière ou d’une autre, nous sommes en train de devenir une société au salaire minimum est finalement ridicule. Maintenant, permettez-moi de souligner que le gouverneur est le gouverneur de l'État ayant le troisième taux de pauvreté le plus élevé du pays. Il devrait accepter d’augmenter le salaire minimum. Il est vrai que 60 % des personnes qui perçoivent le salaire minimum sont des femmes. Sortons les femmes de la pauvreté. Il est vrai que seulement 12 % des personnes gagnant le salaire minimum sont des adolescents. C'est un non-argument. Nous devons nous assurer de faire avancer ce pays. Je crois que le travail d'aujourd'hui vaut au moins autant qu'il l'était en 1968, corrigé de l'inflation, alors allons-y.» [«Joe du matin», MSNBC, 2/25/14]

# # #