16 septembre 2016/Blog

Le Birthérisme de Donald Trump. Quelle est la position des Républicains ?

L’ascension de Donald Trump sur la scène politique a été alimentée par son éminent Birtherisme – largement considéré comme raciste – avant les élections de 2012. Au cours des dernières semaines, sa campagne a tenté de faire marche arrière, réclame que Trump croit désormais que le président Obama est né aux États-Unis, et aujourd’hui – après cinq ans – il a finalement reconnu ce fait. Il ne s'est pas excusé, n'a pas exprimé de regret d'avoir colporté ce mensonge ridicule, ni n'a proposé d'explication pour avoir changé d'avis moins de deux mois avant le jour du scrutin.

Dans une  interview avec le Washington Post récemment Mercredi, cependant, Trump a continué à promulguer le Birtherisme, refusant de dire s’il acceptait le fait que le président soit né à Hawaï. C'était loin de la première fois, il a évoqué la question des naissances lors de la campagne de 2016.

Même si les républicains du Connecticut ont pris leurs distances ces derniers jours avec Trump, ils restent inextricablement liés. La grande majorité des législateurs républicains de l’État soutiennent sa campagne, et le chef de la minorité parlementaire, ainsi que plusieurs dirigeants républicains éminents, ont assisté à la Convention nationale républicaine en tant que délégué de Trump.

Les démocrates estiment que les républicains du Connecticut doivent dire clairement s’ils sont d’accord avec le Birtherisme de Trump. Les sondages ont montré que jusqu'à 61 pour cent des partisans de Trump pensent que le président Obama est né dans un autre pays. Les candidats et les élus républicains doivent indiquer clairement s’ils sont aux côtés de Trump et de ses partisans sur cette question politiquement chargée.

« Le président Obama est né aux États-Unis. La volonté continue de Donald Trump d'attiser les flammes du racisme qui ont défini le mouvement des naissances est un autre rappel du penchant du candidat républicain à jouer la politique de la haine et de la peur. Donald Trump est tout simplement inapte à exercer les fonctions de président et de commandant en chef.

«Comme ils l'ont fait tout au long de cette campagne – lorsque Trump a insulté des prisonniers de guerre, menacé d'interdire aux musulmans d'entrer dans le pays, attaqué une famille Gold Star et d'innombrables autres transgressions – les républicains du Connecticut garderont, j'en suis sûr, le silence, en espérant ne pas pour répondre au nom de leur candidat. Il appartient aux médias du Connecticut de tenir ces candidats et responsables du GOP pour responsables du porte-drapeau de leur parti. Accepter le racisme et l'intolérance de Trump comme monnaie courante dans cette campagne et ne pas poser de questions difficiles à ses partisans revient à normaliser la situation.» – Leigh Appleby, porte-parole du Parti démocrate du Connecticut